SOU


SOU
SOU

SOU

Unité monétaire de l’or à partir de 312. Constantin fixa la taille du sou (solidus aureus ) à 72 par livre romaine (327,45 g), soit au poids de 4,55 grammes. L’abondance des émissions du sou, son excellent aloi et la régularité de son poids lui assurèrent un grand succès. Il eut pour sous-multiple le semis ou semissis, rarement frappé, du poids de 2,27 grammes, et le triens ou tremissis, tiers du sou, du poids de 1,52 gramme, qui sera très abondamment frappé à l’époque mérovingienne.

Il existe exceptionnellement, à titre de médailles commémoratives, des multiples du sou. Ce sont des pièces de 2, 3, 4, 8 sous, ou plus, offerts par l’empereur à des généraux, des ambassadeurs, des rois barbares. L’usage se poursuivit sous les Byzantins. En Gaule, Grégoire de Tours parle de médaillons de 72 sous (une livre) que le roi des Francs, Chilpéric Ier, aurait reçus de l’empereur. La taille ordinaire du sou à 72 par livre fut conservée par les Byzantins. En Gaule, on passa très vite à la taille de 84 par livre, en altérant l’aloi du métal, ce qui nécessita pour les paiements l’usage de la balance et de la pierre de touche, et explique les stipulations de paiements en solidos probos et bene pensantes .

La frappe de l’or, privilège impérial par excellence, ne fut reprise que très progressivement par les souverains mérovingiens: on n’en a guère d’exemples avant le milieu du VIe siècle. Puis on assiste à une multiplication des ateliers qui échappent à l’autorité royale, répondant sans doute à un besoin de monnaie. Plus que le sou, on frappe le tiers de sou, dont le poids et l’aloi ne tardent pas à décliner: le tiers de sou constantinien contenait 1,51 gramme d’or; au VIe siècle, il ne pèse plus que 1,29 gramme; à l’époque carolingienne, 0,92 gramme, encore contient-il une notable quantité d’argent et simplement 0,40 gramme d’or fin.

Les Carolingiens s’efforcèrent de réaffirmer le monopole royal de la frappe des monnaies, surtout de la frappe de l’or. Mais la raréfaction du métal précieux était telle que la frappe de l’or allait cesser en Europe pour plusieurs siècles, alors que les conditions politiques favorisaient une dispersion monétaire complète avec les monnaies féodales.

Ce qui resta de la réforme carolingienne, c’est la transformation du sou en monnaie de compte avec sa valeur fixée à 12 deniers, qui sera réalisée, sous Saint Louis, avec la frappe du gros sou.

sou [ su ] n. m.
• v. 1200; solt, solXIIe; bas lat. soldus « pièce d'or », du lat. class. solidus « massif » → solide
Anciennt Monnaie de billon, de nickel (à l'origine d'or) valant le vingtième de la livre. denier, 1. liard.
Vieilli Le vingtième du franc ou cinq centimes. « Avec la première pièce de vingt sous de son enfance, il avait acheté une bourse de dix-neuf sous dans laquelle il avait mis le sou qui lui restait » (Goncourt). Fam. Au Canada, Cent (2.). Pop. Un trente sous : pièce de monnaie d'une valeur de vingt-cinq cents. « Il sortit même plusieurs trente-sous à la vue de tout le monde » (Guèvremont). Loc. Propre comme un sou neuf : d'une propreté méticuleuse. ⇒fam. nickel. Appareil, machine à sous : appareil où l'on joue des pièces de monnaie. ⇒ jackpot. PROV. Un sou est un sou : il faut économiser, ne pas gaspiller. Loc. Compter, économiser sou à sou, sou par sou, petit à petit. Jusqu'au dernier sou. Je n'ai pas un sou sur moi. N'avoir pas le sou, pas du tout d'argent (cf. Pas un radis, pas un rond). N'avoir ni sou, ni maille. Ne pas avoir le premier sou pour (un achat). Être sans le sou, sans argent. Subst. Un sans-le-sou. De quatre sous : insignifiant, sans valeur. Un bijou de quatre sous. « L'Opéra de quat'sous », titre français d'une œuvre de Brecht. Cela coûte trois francs six sous, très peu cher. Il n'est pas compliqué pour un sou, pas compliqué du tout. ⇒ nullement. Il n'a pas un sou de bon sens. grain, gramme, 1. once. S'embêter à cent sous de l'heure.
Au plur. Fam. Argent. Être près de ses sous. Ça fait des sous ! de l'argent. — GROS SOUS : argent, intérêt financier. Question de gros sous, d'intérêt. Parler gros sous.
⊗ HOM. Soûl, sous, soue.

sou nom masculin (bas latin soldus, du latin classique solidus, massif) Terme désignant autrefois, en France, tantôt une espèce (de cuivre ou de bronze), tantôt une monnaie de compte, valant 1°20 de livre. À partir de l'institution du système décimal, en 1793, pièce de 5 centimes. Familier. Au pluriel, argent : Compter ses sous.sou (citations) nom masculin (bas latin soldus, du latin classique solidus, massif) Jean-François Collin d'Harleville Maintenon, Eure-et-Loir, 1755-Paris 1806 Académie française, 1803 Nous n'avions pas le sou mais nous étions contents ; Nous étions malheureux, c'était là le bon temps. Poésies fugitives Gustave Flaubert Rouen 1821-Croisset, près de Rouen, 1880 Académie française, 1880 […] Soixante et quinze francs en pièces de quarante sous […]. Madame Bovary Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 La popularité ? C'est la gloire en gros sous. Ruy Blas, III, 5, Don Salluste sou (expressions) nom masculin (bas latin soldus, du latin classique solidus, massif) Familier. Cent sous, en Suisse, cinq francs. Familier. De quatre sous, de peu de valeur. Familier. Être près de ses sous, être avare. Être propre, net comme un sou neuf, être très propre. Familier. Être sans le sou, n'avoir pas le sou, pas un sou vaillant, être totalement démuni d'argent. Gros sou, autrefois pièce de 10 centimes en bronze. Familier. Gros sous, l'argent : Question de gros sous. Familier. Les quatre sous de, la petite fortune de : Manger ses quatre sous. Familier. N'avoir pas le premier sou, n'avoir aucun argent pour engager une dépense. Familier. N'avoir pas (pour) un sou de quelque chose, en être complètement dépourvu. Familier. Ne pas valoir, ne pas rapporter un sou, deux sous, quatre sous, ne rien valoir, ne rien rapporter. Pas un sou, pas la moindre somme d'argent. Familier. S'ennuyer, s'embêter à cent sous de l'heure, s'ennuyer beaucoup. ● sou (homonymes) nom masculin (bas latin soldus, du latin classique solidus, massif) saoul adjectif saoul nom masculin singulier soue nom féminin soûl adjectif soûl nom masculin singulier sous prépositionsou (synonymes) nom masculin (bas latin soldus, du latin classique solidus, massif) Terme désignant autrefois, en France, tantôt une espèce (de cuivre...
Synonymes :
- sol
Pas un sou
Synonymes :
- liard (littéraire)
- radis (populaire)
- rond (familier)

sou
n. m.
d1./d Anc. Pièce de cinq centimes.
|| (Québec) Cour. Syn. de cenne (sens 1).
Un cinq sous: une pièce de cinq cents.
Un trente sous: une pièce de vingt-cinq cents.
d2./d Loc. Appareil, machine à sous: jeu de hasard où l'on gagne des pièces de monnaie.
N'avoir pas le sou, n'avoir pas un sou vaillant; être sans le sou: ne pas avoir d'argent; être dans le besoin.
D'un sou, de quat(re) sous: sans valeur. "Ce bijou d'un sou" (Verlaine).
Sou à sou, sou par sou: par très petites sommes.
|| Plur. Fam. Des sous: de l'argent.
C'est une affaire de gros sous, dans laquelle ce sont les questions d'argent, d'intérêts qui sont en jeu.

⇒SOU, subst. masc.
A. — 1. HIST., NUMISM.
a) Ancienne unité monétaire, de valeur variable selon les pays et les époques. En 1536, sous François 1er, le prix du setier étant de 3 livres 1 sou 11 deniers (SAY, Écon. pol., 1832, p. 337).
b) P. méton. Pièce de monnaie correspondant à cette unité monétaire, à l'origine d'or puis d'argent, enfin de métal, et valant en France un vingtième de l'ancienne livre, soit douze deniers. Synon. vx sol (infra rem. 2). La valeur âprement apprise de chaque pièce, le liard, le sou, l'écu, et le beau double-louis d'or lourd à la fin (CLAUDEL, Otage, 1911, I, 1, p. 228). Les enfants des écoles ont donné tous les sous de leur tirelire pour la couronne (ANOUILH, Antigone, 1946, p. 188). P. métaph. Le premier sourire de ma chambre d'enfant m'inonde de larmes. Larmes claires comme ce rayon qui danse en sous d'or aux vitres (COLETTE, Cl. ménage, 1902, p. 259).
Sou tournois. Au Moyen Âge, pièce de métal précieux valant douze deniers. Sou parisis. Pièce de métal précieux valant quinze deniers. Les conseillers au parlement recevoient cinq sous parisis par jour de service (CHATEAUBR., Disc. et opin., 1826, p. 59).
Sou marqué. Pièce de cuivre valant quinze deniers. On gage un écu de six livres contre un sou marqué que tu ne changerais pas ta caque pour la mienne? (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 175).
Loc. verb. fig., pop., vx. Faire de cent sous quatre livres et de quatre livres rien. Gaspiller son temps. P. anal. Ne vaut-il pas mieux avoir un pied à terre chez ta fille (...) et vivre huit mois de l'année à Chinon, que de commencer ici à faire de cinq sous six blancs, et de six blancs rien (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 14).
2. a) [En France, dep. l'adoption du système décimal, à la Révolution, jusqu'en mars 1947 où les pièces de monnaie de cette valeur ont été retirées de la circulation] Unité monétaire minimale valant un vingtième de l'ancien franc (antérieur au premier janvier 1960), soit cinq centimes. Synon. pop. rond2. Pièce, billet de cent sous; pièce de dix sous, de vingt sous, de quarante sous; pain d'un sou, de deux sous; (x) sous de pourboire; gagner, payer (x) sous par jour; donner (x) sous à qqn. Elle (...) acheta une enveloppe d'un sou (MONTHERL., J. filles, 1936, p. 984):
M. Dupuy faisait démontrer (...) ce problème: un ouvrage coûte sept livres, quatre sous, trois deniers la toise; l'ouvrier en a fait deux toises, cinq pieds, trois pouces. Combien lui revient-il?
STENDHAL, H. Brulard, t. 1, 1836, p. 260.
Arg., pop. Pièce de dix sous. V. pièce I A 4.
Loc. verb. pop., fam.
Valoir (x francs) comme un sou. Valoir largement, amplement (cette somme). Cette maison vaut cent mille francs comme un sou (Lar. 19e). Trop cher? Cela [une potiche] vaut deux mille francs comme un sou (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Avent. paris., 1881, p. 764).
S'ennuyer, s'embêter à cent sous de l'heure. V. heure I A 1 c loc.
[Avec une valeur d'intérêt, de taux]
DR., vx. Au sou la livre. (Ds Ac. 1798-1878). Synon. au marc le franc (v. marc1 A dr.).
Sou du franc. Ancienne coutume consistant en la remise d'un sou par franc d'achat, consentie par les commerçants aux économes, aux domestiques chargés des achats de nourriture. Il n'y avait jamais eu chez nous de domestiques si corrompus qui n'eussent vite modifié, épuré leur conception de la vie jusqu'à ne plus toucher le « sou du franc » (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 321).
Le sou pour livre, par livre (vx). Les quatre bourses de la cuisinière (...) la bourse du sou pour livre, la bourse de la gratte ou des profits de la halle, et la bourse de l'anse du panier (GONCOURT, Sœur Philom., 1861, p. 83).
Sous de poche (vx). Argent de poche. Il y avait surtout, cette année-là, un certain nougat blanc où passèrent tous les sous de poche du collège (Mme V. HUGO, Hugo, 1863, p. 124).
Région. (Canada). Sou (noir). Unité monétaire valant un centième de l'ancienne piastre ou du dollar. Vigilante et économe, elle usait son linge à la corde et n'employait jamais un sou à des frivolités (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 27).
b) P. méton. Pièce de monnaie de métal vil correspondant à cette unité monétaire et valant cinq centimes anciens. Jetant de temps en temps une épigramme comme on fait un ricochet sur l'eau avec un sou (BARB. D'AUREV., Memor. 1, 1837, p. 117). À Sérianne ses parents lui gardaient les sous neufs qui sont tout dorés (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 386).
Petit sou. Pièce de cinq centimes anciens. « Un petit sou, monsieur, s'il vous plaît! » Voilà ce que m'a chanté, au retour de ma course, un petit Savoyard arrivé tout juste à Reims (CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 264). V. livre2 B 4 ex.
Gros sou. Pièce de dix centimes anciens. Synon. décime, patard (vx, pop., fam.). J'avais fait une provision de gros sous, et nous dansions presque sans arrêt. Chaque air y passait à son tour (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1939, p. 139).
Loc. Être propre, net, luisant comme un sou neuf, comme un sou (vieilli); briller comme un sou neuf. V. neuf2 I A 2 et propre2 A 5 a.
3. P. ext. Pièce de monnaie quelconque. Zut, je n'ai plus de sous pour faire l'appoint. Des sous et des billets (ROB. 1985).
Vx ou région. (Québec). Sou blanc. Pièce d'argent. Excellent prétexte (...) à rendre une monnaie fantaisiste, où les sous blancs de Suisse comptent pour cinquante centimes (A. DAUDET, Tartarin Alpes, 1885, p. 117). On y reçoit une grosse poignée de sous noirs, mais aussi des blancs. Pensez donc, des cinq sous d'argent (C. JASMIN, La Petite patrie, 1972, p. 43 ds Richesses Québec 1982).
JEUX. Appareil à sous. V. appareil I C 3. Machine à sous. V. machine I A 1 f.
B. — P. méton.
1. Dans des loc. et expr.
a) [Pour exprimer une somme modique ou la plus petite unité monétaire en avoir, en espèces] Jusqu'au dernier sou; à un sou près.
Loc. adv. Sou par sou, sou à sou. Par toutes petites sommes. Elle possédait quarante mille francs amassés sou à sou (BALZAC, Goriot, 1835, p. 28). Quoi qu'il arrive, ne comptons jamais que sur cette espèce de courage que Dieu dispense au jour le jour, et comme sou par sou (BERNANOS, Dialog. Carm., 1948, 4e tabl., 1, p. 1652).
Proverbe. Un sou est un sou. Il ne faut pas gaspiller l'argent, même pour de toutes petites sommes. N'essayez pas de leur insinuer (...) qu'un sou est un sou; que cinq centimes par livre de pain et par jour font dix-huit francs au bout de l'année (COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p. 43).
Les quatre sous (de qqn). Le peu d'argent (que possède quelqu'un). Il a mangé ses quatre sous. C'est nos pauvres quatre sous! C'est notre pauvre croûte à nous qu'il guigne? (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 388).
[Dans une phrase nég., pour exprimer une absence totale d'argent, de ressources] Il t'a soigné sans jamais demander un sou (ZOLA, Fortune Rougon, 1871, p. 145).
Pas un sou. Pas la moindre somme d'argent. Vieilli. N'avoir ni sou ni maille; (être) sans sou ni maille. V. maille2 B.
N'avoir pas un sou (vaillant, comptant) (vx). N'avoir pas d'argent du tout. Loc. verb. synon. n'avoir pas un denier, pas un écu, pas un liard (v. liard1). Comment payer le bois? Je n'ai pas un sou, mon enfant. J'ai tout donné (BALZAC, Goriot, 1835, p. 287). — Marie! Marie! Je t'ai tout donné (...) je n'ai plus un sou vaillant (R. BAZIN, Blé, 1907, p. 262).
N'avoir pas le (premier) sou (de/pour qqc.) (fam.). N'avoir pas la moindre somme d'argent pour financer un projet. Il a su par les voisins que nous n'avions pas le premier sou de notre billet (BALZAC, Chabert, 1832, p. 81). Après le phylloxéra (...). Les vignobles avaient été ruinés (...) il fallait repiquer du plant américain. Alors la plupart des vignerons avaient abandonné; ils n'avaient pas le sou pour acheter les ceps (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 91).
N'avoir pas le sou; être sans le sou. Être complètement dépourvu d'argent. Ce ne sera pas un appartement de mirliflor! mais vous excuserez de pauvres vignerons qui n'ont jamais le sou. Les impôts nous avalent tout (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 67).
Loc. adj. Sans le sou. Sans argent. J'ai épousé une fille sans le sou (RENARD, Journal, 1906, p. 1086). Empl. subst. Sans le sou. Personne sans argent. Les petits, les humbles, les sans le sou de ce monde (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 43).
b) Loc. [Avec un adj. numéral cardinal tel que un, deux, quatre, pour exprimer une valeur insignifiante]
Loc. adj. D'un sou, de deux sous, de quatre sous. De très faible valeur ou de valeur nulle. De 5 à 6 h. du matin quand je fais mes petites philosophies d'un sou, dans mes éternels cahiers sans aucune considération de public, sans vergogne (VALÉRY, Corresp. [avec G. Fourment], 1925, p. 187).
Être fichu comme quatre sous. Être très mal habillé. Son fameux public de quartier (...) lui pardonne, pourvu qu'elle reparaisse devant lui mal nippée, mal chaussée, fichue comme quatre sous, mais telle qu'avant la fugue (COLETTE, Vagab., 1910, p. 70).
P. anal. C'est bâti comme quatre sous. Voilà un chapeau que les moutons ne portent déjà plus, tellement on l'a posé à la hâte (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1178).
Avoir (pour) deux sous de qqc. Avoir une très petite quantité de quelque chose. Si j'avais seulement pour deux sous d'idéal...! (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, I, 6, p. 10).
c) Loc. verb. fig., fam. [Pour exprimer une nég. complète]
N'avoir pas un sou de. N'avoir pas du tout de. L'administration sévère de l'empereur Napoléon reviendrait au monde, que moi je n'ai pas un sou de friponneries à me reprocher (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 158).
Ne pas valoir un sou, deux sous. Ne pas valoir grand chose. Il est le jouet d'impressions extrêmes. Tantôt le poste ne valait pas deux sous. Maintenant, c'est un pactole (ROMAINS, Knock, 1923, I, p. 7).
N'avoir pas un sou de, pas deux sous de (suivi d'un subst. abstr. désignant souvent une qualité). Être totalement dépourvu de. N'avoir pas un sou de bon sens, de malice, de talent, de jugeote. Ces reporters qui n'ont pas un sou de mémoire et qui ne descendent pas à prendre des notes! (GONCOURT, Journal, 1895, p. 747).
Je ne donnerais pas un sou de, pas deux sous de ses chances, de sa vie. Son succès, sa vie sont bien compromis. Le commissaire, à part:C'est la crise! Je suis dans de beaux draps! Les deux hommes se regardent dans les yeux. Le commissaire ne donnerait pas deux sous de sa peau (COURTELINE, Client sér., Commissaire bon enfant, 1900, V, p. 184).
♦ [Avec un adj.] Pas pour deux sous, pour un sou. Pas du tout. La petite est gentille, pas poseuse pour un sou (ARLAND, Ordre, 1929, p. 103).
2. Au plur., fam. Avoir, richesse, argent en espèces dont dispose quelqu'un. Avoir des sous; gagner des sous. Où crois-tu que je les trouverais les sous pour tes escarpins, pour tes cachemires, si je n'avais pas ce navire, ce règlement (AUDIBERTI, Quoat, 1946, 1er tabl., p. 46).
Loc. verb. fig. Être près de ses sous. Synon. être près de ses pièces (v. pièce I A 4). V. près C 1 a .
Gros sous. [En fonction de compl. déterminatif ou de compl. d'obj. indir. indiquant l'objet de la conversation] Argent, intérêt, finances. Des histoires, des questions de gros sous. Le premier soin au lendemain de la victoire est pour une question de salaire et de gros sous (SAINTE-BEUVE, Cahiers, 1869, p. 86).
REM. 1. -sou, élém. de compos. a) [Le 1er élém. est une prép.] V. sans-le-sou. b) [Le 1er élém. est un verbe] V. grippe-sou. [Compl. d'obj. d'un thème verbal, sur le modèle de grippe-sou] Ronge sous, empl. adj., hapax. Il lui arrivait de la contempler [la maison] avec une sorte de convoitise dont elle riait la première, disant qu'à cette fibre propriétaire, elle se connaissait bien pour la fille de rentiers ronge sous (AYMÉ, Mais. basse, 1934, p. 90). c) [Le 1er élém. est un adj.] ) Demi-sou, subst. masc. Unité monétaire valant la moitié d'un sou de cinq centimes anciens. Des petits carrés de fer-blanc qui valaient à peu près le dixième d'un demi-sou (THARAUD, An prochain, 1924, p. 205). ) Trente-sous, subst. masc. inv., région. (Canada). Pièce de vingt-cinq cents. Il sortit même plusieurs trente-sous à la vue de tout le monde (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 220). 2. Sol, subst. masc., synon., vx. Un gros fermier d'Irlande leur avait dit ce qui suit: Lorsque mes vassaux s'endettent avec moi, je me fais payer en travail, mais ce travail je l'exige à cinq ou six sols par jour (MICHELET, Journal, 1834, p. 139). Mais n'espérez pas tirer un sol de votre nouvelle invention, qui n'est pas nouvelle (FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p. 39). Au fig. Petite quantité. J'aime trop mon repos, et je ne suis pas si sot de me faire pour des mots un sol de mélancolie. Quand il pleut, je laisse pleuvoir. Quand il tonne, je barytonne (ROLLAND, C. Breugnon, 1919, p. 19).
Prononc. et Orth.:[su]. Ac. 1694-1740: sou, sol; dep. 1762: sou, Sol, avec la valeur phonique de sou (ROUSS.-LACL. 1927, p. 167). Cependant, FÉR. 1768: ,,Quelques-uns l'écrivent encore; et qui pis est, le prononcent de même``. Étymol. et Hist. Ca 1130 (Lois Guillaume le Conquérant, éd. J. E. Matzke, 1, §1). Du b. lat. solidus, -i, déb. Ve s. ds BLAISE Lat. chrét., subst. de l'adj. solidus « massif, entier », v. solide. Fréq. abs. littér.:3 786. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 4 609, b) 7 120; XXe s.: a) 7 039, b) 4 118. Bbg. GÜNTHER (V.), WARTBURG (W. von). Das Angelsächsische Element im französischen Wortschatz. In:[Mél. Flasdieck (H.)]. Heidelberg, 1960, pp. 114-117. — JUNEAU (M.) L'HEUREUX (R.). La Lang. de deux meuniers québécois du milieu du XIXe s. In: Trav. de ling. québécoise. 1. Québec, 1975, p. 91. — LIVINGSTON (Ch. H.). French etymological notes. Mod. Lang. Quart. 1944, t. 5, pp. 219-227. — QUEM. DDL t. 10 (s.v. n'avoir pas le premier sou; n'avoir pas un sou de qqc.).

sou [su] n. m.
ÉTYM. V. 1200; solt, sol, XIIe; bas lat. solidus, soldus « pièce d'or massif », masc. substantivé de l'adj. solidus « massif ». → Solide.
1 Anciennt ou hist. Monnaie, pièce d'or, puis d'argent, enfin de billon, valant (en France) le vingtième de la livre, soit doit douze deniers. || Des sous d'or, d'argent. || Sou parisis, sous tournois.
REM. Dans ce sens, on trouve aussi la forme archaïque sol (→ Apothicaire, cit. 3, Molière; monnaie, cit. 11, Baudelaire; nain, cit. 1, Ronsard).
2 (1789). Mod. (mais anciennt en tant qu'unité monétaire). Pièce de cinq centimes, valant 1/20 du franc; monnaie de cette valeur. fam. Rond. || Une flûte (cit. 5), un cigare d'un sou (→ Gris, cit. 18). || Papier (cit. 8) à sept sous le rouleau.Loc. || Petit sou : pièce d'un sou.Gros sou : pièce de deux sous (ou décime).Une pièce de deux sous (→ Piano, cit. 4). || Dix sous : un demi-franc. || Ça ne vaut pas dix sous. || Vingt sous : un franc (pièce ou valeur). || Trente sous : un franc cinquante (centimes). || Quarante sous : deux francs (pièce ou valeur). || Une pièce de quarante sous (→ Pile, cit. 2). || Cent sous : cinq francs (pièce ou valeur). || Une pièce de cent sous (→ Faiblesse, cit. 33).
1 Zola est de sa nature contempteur de l'argent. Il racontait, aujourd'hui, qu'avec la première pièce de vingt sous de son enfance, il avait acheté une bourse de dix-neuf sous dans laquelle il avait mis le sou qui lui restait.
Ed. et J. de Goncourt, Journal, 20 oct. 1881, t. VI, p. 117.
Loc., vx. Le sou du franc : remise d'un sou pour tout achat d'un franc, consentie par les commerçants aux gens de maison faisant des achats (anciennt le sou par livre, pour livre).
Loc., vieilli. Propre (cit. 30) comme un sou. Mod. Propre comme un sou neuf (se dit des personnes et des choses). (fam.) Nickel.
1.1 Une commune populaire propre comme un sou neuf, qui ne connaît pas la famine. Ils veulent me faire admirer leur tracteur, et ne devinent pas que c'est eux que j'admire (…)
Malraux, Antimémoires, Folio, p. 515.
3 Pièce de monnaie (quelconque). || Zut, je n'ai plus de sous pour faire l'appoint. Ferraille (fam.), monnaie, pièce. || Des sous et des billets.
(1936). || Machine à sous, appareil à sous : appareil où l'on joue des pièces de monnaie; distributeur automatique.
2 Il gagnait souvent sa pitance à l'appareil à sous où, par haine de son père, il jouait sur le vert ou le jaune.
Aragon, les Beaux Quartiers, II, V.
4 Mod., dans des loc., désignant une petite somme, au sing. ou au plur. après un petit nombre (deux, quatre sous).Compter (cit. 25), économiser sou à sou, sou par sou. Petit (à petit). || Épargner sou sur sou (→ Paysan, cit. 5).Un sou est un sou : il faut économiser, ne pas gaspiller. || Jusqu'au dernier sou (→ Gruger, cit. 3). || Pas un sou de plus (→ Prendre, cit. 28). || Ne pas faire grâce d'un sou (→ Ruiner, cit. 9), ne pas lâcher (cit. 12) un sou. || Ça ne te coûtera pas un petit sou de plus. || Supputer à un sou près (→ Pécuniaire, cit. 3). — ☑ N'avoir pas un sou ( Radis, rond; → Écrire, cit. 36; fouiller, cit. 27).Loc. N'avoir ni sou ni maille. || Il n'avait pas un sou vaillant (→ Ruse, cit. 5). Par ext.N'avoir pas le sou, pas du tout d'argent (→ Fringuer, cit. 3; panné, cit. 2; ratatouille, cit. 1).Sans le sou : sans argent. Pauvre (→ Brûler, cit. 57; faiseur, cit. 18; funérailles, cit. 5).N. m. || Un sans-le-sou. Sans-le-sou. — ☑ N'avoir pas le premier sou pour.Il n'a pas un sou de jugeote. Aucun.
3 Mais croit-on que ce serait plus mal si nous partions ainsi, lui et moi, comme deux compagnons pas compliqués pour un sou qui ont décidé soudain de conquérir deux jolies filles (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, XVIII, p. 195.
S'embêter à cent sous de l'heure (cit. 17).Je ne donnerais pas deux sous, quatre sous de ses chances, de sa vie : son succès, sa vie sont bien compromis.Je m'en moque comme de quatre sous. || Les quatre sous de qqn : le peu d'argent qu'il a. Vx. || Sous de poche : argent de poche (Zola, l'Œuvre, p. 425).
D'un sou, de quatre (cit. 6) sous : sans valeur. || « Un bijou d'un sou » (→ Rime, cit. 6, Verlaine). || « L'Opéra de quat'sous », titre français d'une pièce de B. Brecht (littéralt l'Opéra de trois groschen), d'après l'Opéra du gueux (Beggar's Opera) de John Gay.
… pas pour un sou : pas du tout. || Il n'est pas jaloux pour un sou (→ 2. Pas, cit. 39). || Il n'a pas de bon sens pour un sou.
Cela vaut mille francs comme un sou : cela vaut largement mille francs.
5 (Av. 1880). Fam. || Des sous, les sous : l'argent (→ Maintenant, cit. 7). || Réclamer des sous à l'État, à la commune (→ Richard, cit. 1).Être près(cit. 10) de ses sous. || Garder ses sous. || Ça fait des sous !, pas mal d'argent. || Compter ses sous (→ Fruitier, cit. 4).
4 Ceux qui font de leur cœur l'usine,
Où fermente l'envie et cuve la lésine;
Ceux qui dorment, sans autre vœu,
Avec leurs sous, comme avec Dieu (…)
Verhaeren, les Villes tentaculaires, « Le péché ».
5 (…) je n'ai pas osé prendre mon sac de montagne; j'ai un ridicule paquet, avec mon costume de bain, mon réveil, et deux livres : il se défait tout le temps. Ce qui m'ennuie, c'est que je n'ai presque plus de sous.
S. de Beauvoir, la Force de l'âge, p. 411.
Loc. fam. Gros sous. Argent, finance. || Parler (cit. 88) gros sous. || Des histoires, des questions de gros sous, d'intérêt.
REM. La forme sol se rencontre aussi dans ce sens (par archaïsme depuis le XIXe s.). Je n'avais pas un sol de rente (→ Dispendieux, cit., Rousseau). Faire qqch. pour un sol (→ Prédire, cit. 3, Nerval).
COMP. Grippe-sou, sans-le-sou.
HOM. Soue, soûl, sous.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sou — (sou) s. m. 1°   Sou d or, monnaie de l empire romain.    Monnaie employée en France sous la première race. La taille de ces sous d or était de soixante et douze à la livre.    Sou d argent, le vingtième de la livre d argent. •   Nous appelions,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • sou — SOU. s. m. Quelques uns escrivent encore Sol. Piece de monnoye valant douze deniers. Un sou. deux sous. vingt sous. trente sous. un sac de sous. On dit en terme de Palais, Sols tournois, & sols parisis. Vingt sols parisis vallent vingt cinq sous… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • šou — šȍu [b] (II)[/b] prid. DEFINICIJA koji je umjetničko zabavnog karaktera [šou emisija; šou film; šou grupa; šou image; šou program] SINTAGMA šou gerla razg. plesačica u noćnom lokalu ETIMOLOGIJA vidi šou [b] (I)[/b] …   Hrvatski jezični portal

  • Sou — Chino 酥 …   Wikipedia Español

  • Sou — sou …   Deutsch Wikipedia

  • Sou — 〈[ su:] m. 6; früher; umg.〉 frz. Münze, 5 Centimes * * * Sou [su ], der; , s [su] [frz. sou < spätlat. solidus, ↑ Sold]: a) (früher) französische Münze im Wert von 5 Centime; b) (bildungsspr. veraltend) Münze, Geldstü …   Universal-Lexikon

  • Sou — Sou, n.; pl. {Sous}or. [F. sou, OF. sol, from L. solidus a gold coin, in LL., a coin of less value. See {Sold}, n., {Solid}, and and cf. {Sol}, {Soldo}.] An old French copper coin, equivalent in value to, and now displaced by, the five centime… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • SOU — could refer to:* Southampton Airport IATA airport code SOU * Southern Oregon University * Southern Railway (US) AAR reporting mark SOU * Statens offentliga utredningar, an official series of reports of committees appointed by the Swedish… …   Wikipedia

  • sòu — m. sol; sou. Per sòu : par terre; au sol …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • Sou — may refer to: * Sou (pastry), a type of food pastry * Solidus (coin), slang for the gold coin …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.